Plan de lutte contre la traite de la personne

La traite de la personne

Le trafic sexuel est l'un des crimes les plus répandus dans le monde. Il est prédateur et dommageable pour les victimes, les survivants, leurs familles et leurs communautés. L'action des écoles, des familles et des partenaires communautaires aidera à prévenir, identifier et reconnaître le trafic sexuel afin d'agir rapidement pour assurer des interventions appropriées.
 
Pour l'aide immédiate, veuillez contacter la ligne d'urgence canadienne contre la traite de personnes au 1-833-900-1010 (services offerts dans plus de 200 langues).  Vous pouvez également consulter le site Web canadianhumantraffickinghotline.ca

Les événements antérieurs:

  • Ateliers offerts aux parents dans certaines régions de notre Conseil scolaire en 2020-2021
  • Formation offerte à tout le personnel scolaire du Conseil scolaire lors d’une journée pédagogique avant la rentrée scolaire en septembre 2021
  • Création de cette page web où les parents ont accès à des informations et des ressources importantes

Les événements à venir:

  • Présentation à tous les élèves du conseil scolaire de la 7e à la 12e année et aux parents du secondaire
  • Remise de ressources aux élèves pour reconnaître les signes de la traite de la personne ainsi que des numéros de téléphone à appeler s’ils soupçonnent être victime ou soupçonnent connaître une victime.

Ressources pour les familles

Ce que les familles ont besoin de savoir à l’égard de la traite de la personne
La traite de la personne (ou le trafic sexuel) est une forme d'exploitation sexuelle et est un crime au Canada. Cela peut inclure le recrutement, l'hébergement, le transport, l'obtention ou la fourniture d'une personne à des fins sexuelles. Elle implique l'usage de la force, la manipulation physique ou psychologique ou la tromperie. La plupart des victimes de la traite à des fins d'exploitation sexuelle sont des femmes et des filles, mais toutes les personnes peuvent être ciblées. Pour plus d'informations, veuillez consulter la NPP 166 du programme de politiques du ministère de l'Éducation.

Les trafiquants approchent et soignent les enfants et les jeunes vulnérables en répondant à leurs besoins - tels que l'amour, l'affection, le sentiment d'appartenance et d'autres besoins fondamentaux comme le logement ou la sécurité alimentaire.  Les trafiquants peuvent aussi utiliser des menaces, la violence physique et d'autres formes de contrôle.

 

Les trafiquants utilisent différentes manières pour attirer les jeunes telles que devenir amis en ligne et les attirer par des promesses d'amour, d'amitié, et/ou d'argent.

 

Les jeunes victimes peuvent venir des communautés rurales pour se déplacer vers les grandes villes, ou peuvent être victimes de la traite dans leurs propres villes.

Les données recensées démontrent, en raison des effets du racisme et de la discrimination systémiques, qu’un plus grand nombre d'enfants et de jeunes racialisés sont pris en charge par les services sociaux comparativement à d’autres populations.

 

  • Les peuples autochtones sont particulièrement vulnérables au trafic sexuel en raison de la discrimination systémique historique et continue, y compris le traumatisme intergénérationnel résultant des pensionnats.
  • Les barrières linguistiques, l'isolement, les désavantages économiques ou le manque de soutien communautaire et social peuvent rendre les nouveaux arrivants plus vulnérables à la traite sexuelle.
  • Les élèves handicapés peuvent aussi être victimes d'intimidation et d'isolement en plus d'avoir de la difficulté à comprendre les intentions des autres.
  • Les élèves qui sont 2SLGBTQ+ connaissent des taux élevés d'intimidation, d'agressions et d'abus sexuels, et ils peuvent être confrontés à l'isolement.  De plus, ils peuvent être sans abri s'ils sont rejetés par leur famille ou par la communauté.
  • En 2019, l'Ontario a enregistré le plus grand nombre d'incidents déclarés être de la traite de personnes au Canada.
  • Les élèves passent plus de temps en ligne sur différentes plateformes de médias sociaux et les trafiquants peuvent utiliser ces moyens pour des fins de recrutement.
  • L'âge moyen de recrutement au Canada étant de 13 ans, les enfants et les jeunes d'âge scolaire sont les cibles privilégiées des trafiquants à des fins d'exploitation sexuelle.
  • La cybersécurité consiste à définir des attentes claires avec votre enfant concernant l'utilisation du Web. Les enfants doivent être informés des risques de certaines applications et de la manière de se protéger contre les contacts indésirables, ainsi que de savoir vers qui se tourner lorsqu'ils soupçonnent être en danger.
  • Les plateformes de médias sociaux populaires (par exemple, Instagram, WhatsApp, Facebook, TikTok, Snapchat, POF, sites Web de Sugar Daddy, Discord) sont de nouvelles façons pour les trafiquants de cibler leurs victimes.  Il est donc important de monitorer ce que font nos enfants sur ces plateformes.
  • Les familles et les écoles sont encouragées à continuer à travailler ensemble pour éduquer les élèves sur les points positifs et négatifs de l’Internet, y compris les effets néfastes que peuvent avoir le partage des images sexuellement explicites.

Vous pourrez remarquer 

  • que sa performance académique diminue 
  • qu’il se retire des activités sociales habituelles
  • un changement notable de comportement (c.-à-d. est tendu/hyper vigilant, nerveux ou anxieux, cachotier, mensonges)
  • un changement dans sa  tenue vestimentaire, p. ex: il peut avoir de nouveaux vêtements (au début, des nouveaux vêtements communs et avec le temps, des vêtements de marques griffées dispendieux)  que vous ne lui avez pas achetés et/ou qu’il ne pourrait pas s’acheter lui même avec son argent
  • qu’il est en possession d’un ou plusieurs téléphones cellulaires avec des numéros de téléphone bloqués/privés
  • qu’il utilise des mots comme "daddy" (papa) ou "baby" (bébé) ou "mommy" (maman) lorsqu'il/elle parle à son "chum"/ "boyfriend" (petit ami)
  • un début ou une augmentation de la consommation de drogue et/ou d'alcool

Vous pouvez

  • Écoutez votre enfant sans jugement ni blâme.
  • Essayez de comprendre certains des choix que fait votre enfant et les pressions qu'il subit.
  • Soyez conscient(e) et adoucissez votre langage corporel.
  • Utilisez leur langue, par ex. s'ils disent « petit ami », utilisez ce terme.
  • Laissez-le parler - éviter de mener la conversation.
  • Communiquez avec la direction de l’école de votre enfant pour lui faire part de vos préoccupations.
  • Rechercher des organisations dans votre communauté qui ont des programmes de sensibilisation.
  • Appelez la Ligne d'urgence canadienne contre la traite de personnes 1-833-900-1010 pour vous mettre en contact avec des services/appuis.

Conformément à la NPP 166, le conseil scolaire catholique Providence a un protocole que les écoles doivent mettre en place pour appuyer les élèves qui divulguent qu'ils ont été ou qui sont victimes de la traite des personnes.  Ils sont soutenus et ont accès aux ressources appropriées (c.-à-d. travailleur social de l’école et/ou des organismes communautaires). L'objectif est de garder l'élève en sécurité, à la fois physiquement et émotionnellement.


Les élèves peuvent également utiliser la ligne d'assistance canadienne sur la traite des personnes  pour recevoir de l'aide 1-833-900-1010 (disponible 24/7 en 200 langues).

Conformément à NPP166, le Conseil scolaire catholique Providence offre, à tous ses employés, une formation sur la traite humaine comprenant les étapes à suivre advenant qu'un élève lui dévoile en être victime.

 

  • Un protocole a été créé pour appuyer les membres du personnel lorsqu'ils soutiennent les élèves qui ont dévoilés qu'ils sont ou ont été victimes de la traite des personnes.
  • Nous offrons des sessions d’information pour les élèves de 9e à la 12e année et pour les parents.
  • ous investissons dans le développement de relations avec des partenaires communautaires pour soutenir le personnel et les élèves.

La politique “Assurer la sécurité des élèves – la première du genre pour un secteur de l'éducation au Canada – établit une base solide sur laquelle les conseils scolaires de l'Ontario pourront s'appuyer pour créer des protocoles locaux de lutte contre la traite de la personne. Cette nouvelle politique garantira que chaque conseil scolaire dispose d'un plan pour protéger les élèves et les communautés scolaires afin de jouer un rôle clé dans la lutte contre le trafic sexuel et la protection des enfants et des jeunes contre l'exploitation sexuelle.”

Extrait du mémorandum de la politique/programme 166